L’assurance dépendance constitue une mutuelle permettant d’anticiper une éventuelle perte d’autonomie future. En France, l’accroissement de l’espérance de vie va de pair avec la hausse du nombre de personnes dépendantes. Qu’il s’agisse d’une prise en charge à domicile ou dans un établissement spécialisé, les conséquences financières peuvent s’avérer difficiles à supporter. C’est dans ce cadre que l’assurance dépendance tient toute son importance, mais pour qui est-elle destinée ? On en parle ici.

L’assurance dépendance : pour qui ?

Pour prendre les devants contre toute éventuelle perte d’autonomie subite future, la meilleure solution est de souscrire un contrat de prévoyance comme l’assurance dépendance. Ainsi, en cas de risque, même s’il survient dans 20 ans, une rente viagère (ou un capital) vous sera alors versée. Cela permettra au souscripteur affecté d’être bien couvert, notamment de pouvoir prendre en charge tous les frais de la dépendance sans solliciter les proches. Dès la signature du contrat, vous verserez en contrepartie une cotisation mensuelle à l’assureur.

Tout le monde est concerné par ce risque de dépendance. Un accident ou une maladie causant une perte d’autonomie peut surgir à tout moment de la vie. Vous risquez alors de vous retrouver dans l’incapacité de réaliser seul les actes de la vie quotidienne (AVQ). Certes, cette prévoyance n’est pas obligatoire, mais elle vous sera salutaire. L’assurance dépendance est destinée principalement aux personnes qui jouent la carte de la prudence, celles qui veulent prévenir cette éventualité et être prêtes à y faire face si le risque se manifeste un jour.

Cette police a donc tout un avantage évident pour les individus avec des revenus modestes et qui savent qu’il leur sera difficile de faire face aux conséquences financières d’une éventuelle dépendance. Il en est de même pour les personnes qui veulent soulager leurs proches en cas de perte d’autonomie future. Aussi, cette prévoyance est adaptée aux personnes souffrant déjà d’une maladie de longue durée et qui risquent fort d’avoir des difficultés pour trouver une couverture satisfaisante.

L’assurance dépendance : l’âge minimum pour y adhérer

L’adhésion à cette assurance de prévoyance dépendra spécifiquement du type de contrat proposé. Chaque assureur dépendance peut définir ses propres conditions pour vendre cette prévoyance. Si certains assureurs réclament d’être majeur pour y souscrire, d’autres posent un âge minimal de 40/50 ans.

Toutefois, passé l’âge de 77 / 80 ans, il vous sera très difficile de trouver un établissement acceptant de vous couvrir contre la perte d’autonomie. Un âge limite est défini en fonction des polices et il va de 75 à 80 ans. Si vous dépassez les 77 ans, les contrats proposés sont plutôt dissuasifs en termes de cotisations. En effet, cela présenterait un certain risque pour la compagnie d’assurance et le versement des primes s’effectue pendant moins longtemps.

L’assurance dépendance : les formalités de souscription

Si vous visez un contrat « labélisé GAD » et que vous avez moins de 50 ans, il vous faudra simplement remplir une déclaration d’état de santé. Vous ne devrez pas alors souffrir d’une ALD (affection de longue durée) ou d’une maladie. Si vous avez plus de 50 ans, vous devrez remplir un questionnaire médical qui vous sera soumis et qui intègre des questions médicales sur vos traitements en cours, votre historique de santé, etc. Enfin, l’assureur peut dans certains cas vous demander un examen médical poussé pour décider ou non de vous couvrir.